Quel régime fiscal choisir pour l’entrepreneur individuel ?

Lorsqu’une entrepreneuse, ou un entrepreneur individuel lance son activité, elle ou il peut avoir le choix entre différents régimes fiscaux. Un entrepreneur Individuel peut opter pour plusieurs options : le statut de micro-entrepreneur, le régime du réel simplifié ou le régime du réel normal. Chaque option possède ses avantages et ses inconvénients, et l’entrepreneur individuel doit analyser sa situation afin de déterminer la meilleure solution pour lui. Dans cet article, nous explorerons les différences entre ces régimes fiscaux et vous aiderons à mieux comprendre leurs implications.

Le statut de micro-entrepreneur

Ce régime fiscal est spécifique aux entrepreneurs individuels qui souhaitent créer une petite entreprise avec un chiffre d’affaires limité. Le plafond de chiffre d’affaires annuel pour bénéficier de ce statut est fixé à 176 200 euros pour les activités commerciales et 72 600 euros pour les prestations de services et les professions libérales. Ce régime offre plusieurs avantages :

  • Simplicité administrative : Les formalités de création et de gestion sont réduites, notamment en matière de comptabilité. L’entrepreneur doit simplement tenir un livre des recettes et des dépenses.
  • Fiscalité avantageuse : Le montant des impôts et cotisations sociales est calculé sur la base d’un pourcentage appliqué au chiffre d’affaires réalisé. Ainsi, si l’entreprise ne génère pas de revenus, aucun impôt ni cotisation sociale n’est dû.
  • Exonération de TVA : En tant que micro-entrepreneur, vous bénéficiez de la franchise en base de TVA. Vous n’avez donc pas à facturer la TVA à vos clients et vous êtes dispensé des déclarations et paiements de TVA.

Inconvénients du statut de micro-entrepreneur

Cependant, le régime de la micro-entreprise présente également des inconvénients :

  • Plafonnement du chiffre d’affaires : Si votre entreprise dépasse les seuils établis, vous devrez basculer vers un autre régime fiscal, ce qui peut entraîner une hausse des charges et des obligations administratives.
  • Limite de déduction des charges : Les charges réelles de l’entreprise ne sont pas déductibles dans le cadre de ce régime. Seuls les abattements forfaitaires prévus par la loi sont pris en compte pour le calcul de l’impôt sur le revenu et des cotisations sociales.

Régime du réel simplifié

Mais le régime du micro-entrepreneur n’est pas le seul régime, et pas toujours le plus intéressant. En effet, le régime du réel simplifié est adapté aux entrepreneurs individuels dont le chiffre d’affaires annuel est inférieur à certains seuils : 247 000 euros pour les prestations de services et professions libérales, et 818 000 euros pour les activités commerciales. Il se caractérise principalement par une comptabilité simplifiée et un mode de déclaration et de paiement des impôts adapté.

Avantages du régime réel simplifié

  • Déduction des charges : Contrairement au statut de micro-entrepreneur, les charges réelles de l’entreprise sont déductibles dans le cadre du régime du réel simplifié. Cela permet à l’entrepreneur individuel de ne payer des impôts que sur ses bénéfices réels.
  • Comptabilité allégée : Les obligations comptables sont moins contraignantes que celles imposées par le régime du réel normal. L’entrepreneur doit tenir une comptabilité simplifiée et établir annuellement un bilan et un compte de résultat.
  • Modalités de paiement : Le paiement de la TVA se fait trimestriellement plutôt que mensuellement comme dans le régime du réel normal.

Inconvénients du régime réel simplifié

Les principales limites du régime du réel simplifié résident dans :

  • La gestion de la TVA : L’entrepreneur doit procéder à des déclarations et des paiements trimestriels de la TVA, ce qui peut être plus complexe que dans le cadre du statut de micro-entrepreneur.
  • Un cadre fiscal moins avantageux : Par rapport au régime de la micro-entreprise, le régime du réel simplifié peut entraîner une fiscalité plus importante en fonction de la structure des coûts de l’entreprise.

Retrouvez les meilleurs outils pour entrepreneur et entrepreneuse

Une sélection d’outils simples et accessibles pour votre suivi client, votre compta, le suivi de votre activité

Régime du réel normal

Enfin, le régime du réel normal s’adresse aux entrepreneurs individuels dont le chiffre d’affaires dépasse les seuils applicables au régime du réel simplifié. Ce régime fiscal est caractérisé par des obligations comptables plus importantes et un mode de déclaration et de paiement des impôts sur une base mensuelle.

Avantages du régime réel normal

  • Déduction des charges : Comme pour le régime du réel simplifié, les charges réelles sont déductibles dans ce régime, ce qui permet à l’entrepreneur de payer des impôts sur ses bénéfices réels.

Inconvénients du régime réel normal

Les principaux inconvénients du régime du réel normal sont les suivants :

  • Obligations comptables : L’entrepreneur doit tenir une comptabilité complète et établir annuellement un bilan, un compte de résultat et des annexes.
  • Gestion de la TVA : Les déclarations et paiements de la TVA doivent être effectués mensuellement, ce qui peut représenter une charge administrative importante.
  • Fiscalité potentiellement moins avantageuse : Comparé au statut de micro-entrepreneur, le régime du réel normal peut entraîner une fiscalité plus élevée en fonction de la structure des coûts.

En conclusion, le choix du régime fiscal dépendra principalement du chiffre d’affaires réalisé et de la structure des coûts de l’entreprise. Il est essentiel pour l’entrepreneur individuel de se renseigner sur ces différents régimes et de les comparer afin de choisir celui qui correspond le mieux à sa situation.