Calculer la capacité autofinancement de son entreprise

La CAF, la Capacité d’Auto-Financement n’est pas réellement un indicateur comptable ou de gestion, comme on pourrait le penser. Il s’agit plus d’un calcul effectué, à partir de données comptables, mais à destination des financiers, des partenaires d’une entreprise ou des éventuels investisseurs.

Pourquoi calculer la capacité d’Auto-Financement ?

Comme je le disais, la CAF est plus un calcul permettant d’analyser une entreprise qu’un indicateur comptable. Concrètement, la Capacité d’Autofinancement d’une entreprise permet de connaître sa capacité à créer de la trésorerie, grâce à son activité.

En effet, une entreprise gagne de l’argent en vendant, plus chers, les biens qu’elle a produits ou vendus, par rapport à ses coûts de revient. Cependant, lorsque nous regardons le compte de résultat de cette même entreprise, celui-ci sera plus complexe. Si nous retrouvons des éléments directement liés aux charges décaissées et aux produits encaissés, on retrouve aussi des produits et charges calculés de façon comptable, des valeurs comptables d’actifs et des produits de cession, par exemple.

Or, ce qui intéresse un financier, c’est la capacité d’une entreprise à :

  • Financer ses investissements.
  • Rembourser ses emprunts.
  • Payer ses dettes ( fournisseurs, sociales ou fiscales).
  • Et bien évidemment, à verser des dividendes… à ces mêmes investisseurs.

Et bien, c’est cela que va nous permettre de vérifier la CAF.

Comment calculer la Capacité d’Autofinancement de son entreprise ?

La principale question est donc de savoir comment nous allons calculer cette Capacité d’autofinancement. Pour faire simple, nous l’avons vu plus haut, la CAF corresponde à

Capacité d’Autofinancement= produits encaissables – Charges encaissables

Pour calculer ceci, nous allons donc utiliser le Compte de Résultat. Il existe deux méthodes pour calculer la CAF d’une entreprise.

1/ Calculer la CAF à partir du résultat Net

L’idée est, ici, de partir du résultat Net de l’Entreprise, et de remonter le compte de résultat. Nous allons enlever du résultat les produits non encaissables et rajouter les charges non décaissables comme, par exemple, les dotations et les reprises ainsi que les postes liés aux cessions d’immobilisations.

Cette solution, de calcul de la capacité d’autofinancement de son entreprise, est sans doute a plus simple, surtout pour ceux qui ne sont pas passionnés par la gestion.

2/ Calculer la CAF à partir de l’Exedent Brut d’Exploitation ( EBE)

Pour cette deuxième méthode, nous allons utiliser les Soldes Intermédiaires de Gestion. Nous allons prendre, comme référence, l’Exédent Brut d’Exploitation. A l’EBE, nous allons ajouter les autres produits encaissables et les autres charges décaissables. Nous entendons par là, les produits et charges financières et exceptionnelles.

Le résultat vous donnera une vision précise de ce que l’entreprise dégage comme trésorerie, directement mobilisable pour ses besoins.

Pour aller plus loin, vous pouvez en déterminer un ratio qui va nous permettre de connaître la capacité de l’entreprise à dégager des ressources, en fonction de son chiffre d’affaires :

Ce ratio est calculé de la façon suivante : Capacité d’Autofinancement/Chiffre d’Affaires.

Laisser un commentaire